Bonjour à tous, nous revoilà pour un second épisode de Nîmes dans les oreilles. Nous venons de sortir de cet embarcadère (comme on le disait jadis), ou plutôt gare pour nous gens modernes. Nous arrivons sur une superbe avenue Moderne. En face de nous en bas se trouve l’esplanade Charles de Gaule et plus en hauteur nous voyons la Tour Magne, mais parlons plutôt de cette avenue, l’avenue Feuchères.

Cette avenue a pris naissance après la mise en place du chemin de fer par Paulin-François Talabot. C’est en 1841 que l’ingénieur Didion propose une « avenue large de 60 m de large et longue de 300 m ». L’ingénieur souhaite que cette avenue soit une promenade. Une promenade qui pourra être constructible a ces abords, le conseil municipal interdisait à l’époque toute construction autour de l’esplanade.

Cette avenue devient très vite un quartier chic et prisé, et vient en concurrence avec les très aristocratiques quais de la Fontaine, construits un siècle plus tôt aux abords des anciens termes romains. Mais revenons à l’avenue, nous voyons des deux côtés des immeubles construits par la bourgeoisie ainsi que par de grandes familles nîmoises. L’architecture est soignée avec des thèmes qui rappels l’antiquité, n’oublions pas que Nîmes est appelé la Rome française. Les constructions ne sont pas laissées aux hasards la municipalité établie des 1842 un arrêté donnant les normes de construction.

Si on avance un peu on voit à notre gauche la Maison Sihol, construit par Léon Feuchères pour la famille Sihol, famille qui a fait fortune avec le développement du chemin de fer. Le bâtiment principal est placé en retrait de l’avenue. Après avoir été un hôtel particulier privé, ce bâtiment fut le siège de Police nationale à Nîmes. En 2006 le bâtiment change encore d’usage puisqu’il est devenu le tribunal administratif de Nîmes.

À quelques pas, toujours à gauche, nous tombons sur l’hôtel de la préfecture. Construction décidée par le conseil général en 1847 et confié toujours à notre Léon Feuchères. Le bâtiment comme vous le voyer est organisé en U, et est rempli d’élément architectural romain.

Si nous continuons a marché sur la gauche le dernier bâtiment, celui qui fait l’angle, l’hôtel Bézard. Construit en 1846 par Gaston Bourdon (alors architecte du Gard) pour la famille Bézard. Un hôtel particulier s’inspirant de la renaissance italienne. Ce bâtiment est vendu en 1928 à la Poste, ce bâtiment devient le siège départemental des PTT et le bureau principal des postes de Nîmes. Ce bâtiment est revendu dans les années 2010, et le nouveau projet en fait une résidence de tourisme (mais toujours avec la poste au rez-de-chaussée).

Nous avons le côté gauche du boulevard, mais qu’y a-t-il du côté droit ?

En face de l’hôtel Bézard, nous avons un collège, le collège Feuchères. Cet établissement à la base collège Assomptioniste, fondé par le Père d’Alzon (bien connu dans notre ville) fut bâti entre 1839 et 1841. En 1921 le collège devient un lycée laïc public pour filles puis en 1969 il redevient un collège, mais cette ci public et mixte.

L’avenue en elle même connue de nombreuse modification, la configuration actuelle avec ces fontaines a été inaugurée en 2007 par le sénateur maire Jean Paul Fournier. La grande allée est comme vous le voyez totalement piéton et deux contre allées sont ouvertes sans compter la voix double de bus. Cette allée permet abrite certaines manifestations prévue et organisée, journée méditerranéenne des saveurs, journée alternative, mais a aussi abrité la colère des pompiers en décembre 2017 et janvier 2018, qui ont créé pendant près de deux mois le CSP peuchères!(. Cette crise au SDIS à permis au sapeur-pompier de Nîmes de recevoir le soutien de la population.

 

La musique du podcast : Joakim Karud – Ro

ad Trip